PIQÛRE DE RAPPEL ET PLUS SUR LA DISSERTATION JURIDIQUE

À la Une

Dans notre faculté de droit, les têtes des apprenants ont beau changer d’années en années et avec celles-ci les écritures que l’on retrouve sur les copies, les corrections se suivent mais se ressemblent selon bon nombre d’enseignants. Certains d’entre eux, plus pessimistes peut-être, y voient même une baisse constante de niveau. Une ressemblance ou une décadence dont la récurrence est matérialisée par une triste évidence, celle de la non-maitrise de la méthodologie juridique par les nouveaux aspirants juristes.

Magnanimes envers leurs disciples comme le veut leur sacerdoce, les professeurs sont sensibles au fait que les effectifs pléthoriques ne facilitent pas l’assimilation de tels rudiments. Aussi, pour les étudiants de la licence 1 et licence 2, voire même licence 3, où les amphis sont remplis à ras bord, ils appellent généralement à l’indulgence des correcteurs. Toutefois, il faut bien comprendre que même si la bienveillance est supposée être de mise (officieusement), ceux ou celles qui arrivent à produire un travail en se conformant à la méthode demandée sont les étudiants qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Par conséquent, il est opportun de maitriser cette technique de rédaction pour mettre toutes les chances de son côté. Lire la suite « PIQÛRE DE RAPPEL ET PLUS SUR LA DISSERTATION JURIDIQUE »