POURQUOI SE DÉRANGER POUR VOTER ?

À la Une

Comme vous le pensez peut-être tout comme moi, ce n’est pas parce qu’on nous a gracieusement offert une canne à pêche que naitra en nous l’envie de pêcher, voire la détermination suffisante pour aller jeter un hameçon dans l’eau et attendre des heures durant sans rien faire. Le droit de vote est à peu près à cette image, l’ennui en moins si on se fie à l’effervescence qui accompagne chaque rendez-vous électoral. En effet, beaucoup d’entre nous ont découvert en naissant dans ce bas monde le droit de voter ; puis nous en avons bénéficié par la suite une fois devenu majeur[1]. Ainsi, d’un claquement de doigt et sans effort, aucun, si ce n’est celui de prendre de l’âge, nous avons obtenu comme nos semblables l’aptitude de décider qui doit diriger notre commune, notre région, notre pays. Lire la suite « POURQUOI SE DÉRANGER POUR VOTER ? »

L’AVOCAT ET LES ESPIÈGLERIES PROCÉDURALES

À la Une

Comme le titre de cet article le laisse probablement transparaitre, la procédure, bien qu’exploitée de façon malicieuse parfois, relève d’une grande importance autant pour les avocats que les juristes en règle générale. Afin d’éviter à ceux ou celles qui ne sont pas familiers avec le mot « procédure » l’embarras de parcourir leur dictionnaire, on peut entendre par ce terme l’accomplissement de diverses démarches ou formalités pour exercer une action en justice ou plus généralement un droit. Ainsi, quand vous voulez poursuivre une personne en justice ou renouveler une pièce d’identité par exemple, l’ensemble des étapes qui vous sont imposées pour y arriver constituent la procédure. Lire la suite « L’AVOCAT ET LES ESPIÈGLERIES PROCÉDURALES »

ÉGALITÉ DE DROITS, ÉGALITÉ DE CHANCES ?

À la Une

L’égalité est un enjeu récurrent dans la conception des lois destinées à régir nos sociétés contemporaines. Bon nombre de conventions internationales la proclament et bien des constitutions l’entérinent au bénéfice du peuple. Cependant, la véritable égalité se réalise-t-elle par l’application des mêmes normes à tous alors que nous n’avons pas les mêmes chances, les mêmes moyens, les mêmes conditions etc. ? Lire la suite « ÉGALITÉ DE DROITS, ÉGALITÉ DE CHANCES ? »

RÉCHAUFFÉ SUR LE COMMENTAIRE DE TEXTE

À la Une

Il y a de cela une semaine, à quelques jours près, vous était proposé une piqûre de rappel sur la dissertation juridique qui je l’espère a été plus utile que douloureuse. Ce faisant, pour récompenser ceux ou celles qui n’ont pas eu peur de l’aiguille, nous vous offrons cette semaine un réchauffé du commentaire de texte. Oui, un réchauffé comme celui d’un plat qui aurait refroidi car la plénitude de la mémoire humaine pourrait être assimilée à un mets dont le goût n’est bonifié qu’à une température optimale qui s’entretient au moyen de cette chaleur constante qu’est la réflexion. Or, il se trouve que le commentaire de texte est beaucoup moins pratiqué que la dissertation juridique, toute chose qui n’aide pas à l’acquisition d’automatismes rendant l’exercice beaucoup plus aisé au fil des évaluations. Par conséquent, ce  »riz couché »[1] que nous offrons, a pour but de réchauffer certaines mémoires engourdies par l’oubli et le manque de pratique. Néanmoins, ceux ou celles qui ont encore à apprendre le béaba (b.a.-ba) en la matière sont également invités à notre table. Lire la suite « RÉCHAUFFÉ SUR LE COMMENTAIRE DE TEXTE »

PIQÛRE DE RAPPEL ET PLUS SUR LA DISSERTATION JURIDIQUE

À la Une

Dans notre faculté de droit, les têtes des apprenants ont beau changer d’années en années et avec celles-ci les écritures que l’on retrouve sur les copies, les corrections se suivent mais se ressemblent selon bon nombre d’enseignants. Certains d’entre eux, plus pessimistes peut-être, y voient même une baisse constante de niveau. Une ressemblance ou une décadence dont la récurrence est matérialisée par une triste évidence, celle de la non-maitrise de la méthodologie juridique par les nouveaux aspirants juristes.

Magnanimes envers leurs disciples comme le veut leur sacerdoce, les professeurs sont sensibles au fait que les effectifs pléthoriques ne facilitent pas l’assimilation de tels rudiments. Aussi, pour les étudiants de la licence 1 et licence 2, voire même licence 3, où les amphis sont remplis à ras bord, ils appellent généralement à l’indulgence des correcteurs. Toutefois, il faut bien comprendre que même si la bienveillance est supposée être de mise (officieusement), ceux ou celles qui arrivent à produire un travail en se conformant à la méthode demandée sont les étudiants qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Par conséquent, il est opportun de maitriser cette technique de rédaction pour mettre toutes les chances de son côté. Lire la suite « PIQÛRE DE RAPPEL ET PLUS SUR LA DISSERTATION JURIDIQUE »

UN REMÈDE CONTRE LE MALAISE ÉLECTORAL IVOIRIEN : UN HOMME PROVIDENTIEL À LA TÊTE DE LA C.E.I. ?

En Côte d’Ivoire, l’actualité politique a été marquée ces derniers temps par les élections municipales et régionales dites élections couplées qui se sont tenues le 13 octobre dernier. Le moins que l’on puisse dire c’est que ces échéances électorales sont loin de s’être passées sans accrocs. Plusieurs incidents sont à déplorer dont des pertes en vies humaines. Il y aurait eu des fraudes, des électeurs empêchés de voter, des urnes détournées et bien d’autres troubles qui ne sont point propices au bon exercice de ce droit démocratique qu’est celui du vote.

Comme on pouvait logiquement s’y attendre, une bonne partie de la population et de la classe politique pointe du doigt la Commission Électorale Indépendante (C.E.I.). Après tout, n’est-ce pas cette institution qui est chargée de veiller à l’organisation et au bon déroulement des opérations électorales et référendaires (art. 2 de la loi n°2001-634) ? De ce fait, lorsqu’on constate que lesdites opérations ne se sont pas déroulées pour le mieux, la C.E.I. est de ceux que l’on doit voir comparaitre dans le box des accusés. Bien entendu, des voix suggèrent, comme il est de coutume dans ce genre de situations, la démission des hauts responsables de cette commission dont l’actuel Président, Youssouf Bakayoko. Allant aussi vite en besogne qu’un cœur brisé cherchant à trouver le réconfort dans une nouvelle relation qu’il espère prometteuse, ces mêmes voix ont suggéré le nom de diverses personnalités qui auraient les compétences et l’intégrité requises pour diriger la C.E.I, en d’autres termes un homme providentiel (ou une femme ne sait-on jamais). Lire la suite « UN REMÈDE CONTRE LE MALAISE ÉLECTORAL IVOIRIEN : UN HOMME PROVIDENTIEL À LA TÊTE DE LA C.E.I. ? »