Blog

L’ÉGALITÉ HOMME-FEMME D’ACCORD ! MAIS LES MENTALITÉS QUI VONT AVEC D’ABORD !

À la Une

En Afrique, pour prouver qu’on figure dans le concert des nations, on adopte des lois plutôt que d’adopter des comportements, on opte pour des dénominations plutôt que des actions. Ainsi, nous avons des pays démocratiques de par leur nom mais autoritaires ou laxistes de par les actes qu’ils posent [1]. Les lois ne manquent pas mais les citoyens, du fait de leur inculture juridique ou en l’absence de répression rigoureusement organisée, s’illustrent tellement par leur incivisme qu’on doute de l’existence d’une quelconque règle [2].

Dans cette même logique, les dirigeants Maliens entendent, quelquefois, réaliser l’égalité homme-femme au moyen de textes de lois. Une approche qui a vite démontré ses limites comme on a pu le constater en 2009 lorsque le gouvernement, sous la pression d’associations islamiques, a été contraint de revenir sur des réformes ambitieuses que devaient acter le nouveau code de la famille. Quoi de plus logique dans un pays où l’analphabétisme est récurrent [3], toute chose qui aurait facilité la désinformation sur le projet de loi à l’époque, réduisant les finalités de celui-ci à une conspiration occidentale dont le but serait de déstabiliser les fondements culturels de la société malienne aux yeux de personnes ignorantes. Oui, c’est bien par ignorance que les populations ne perçoivent pas les enjeux de cette question, par ignorance encore qu’elles sont manipulées par une minorité bien consciente des implications mais opposée à toute égalité pour des intérêts égoïstes et ou des raisons purement idéologiques. Dès lors, on comprend tout de suite que la concrétisation d’une égalité entre Maliens et Maliennes passent par une lutte pour l’acquisition du savoir au moyen de cet outil qu’est l’éducation. Nelson Mandela ne disait-il pas : « L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde » ? Ce qui dénote bien du fait qu’un système éducatif performant se présente comme un atout majeur pour engendrer un changement de mentalité.

A cette proposition de consolidation du système éducatif, les pouvoirs publics maliens trouveront à dire qu’il subsiste une insuffisance relativement au volet financier. Ce qui est indéniable quoique dans le cas présent, il y a possibilité d’améliorer la situation. Surtout lorsqu’on sait que ce manque de moyens est rattaché au manque à gagner engendré par la corruption [4].

Pour assombrir davantage un tableau bien noir, l’exécutif a violé récemment la loi n°2015-052 qui impose un quota de 30% de femmes aux postes électifs. En effet, on déplore qu’au nombre des ministres que compte le gouvernement actuel, seul 24% sont des femmes [5]. Or, si la majorité des Maliens avaient une culture juridique, ils se seraient offusqués contre cet impair commis par l’État malien. De là, on réalise que l’éveil des consciences n’a pas pour seule finalité de faire des fils et filles du Mali des personnes respectueuses des lois sur l’égalité du genre mais d’en faire également des censeurs aussi bien pour leurs concitoyens que de leurs dirigeants.

Il serait fort étonnant que nos décideurs n’en est pas conscience. En effet, cette mauvaise approche dans la réalisation d’une société plus égalitaire peut être assimilée à un manque de courage. Pour cause, les lois adoptées ne sont qu’un vernis institutionnel qui donne le change à la communauté internationale ainsi qu’aux associations de défense des droits de l’homme ; tout en laissant prospérer les véritables ennemies de l’égalité homme-femme que sont l’ignorance, entretenue par sa consœur qu’est la corruption, soutenue elle-même par la complaisance d’une minorité intellectuelle consciente du péril mais bénéficiaire du statut quo.

Une prise de conscience plurielle doit par conséquent précéder puis accompagner toute législation allant dans le sens de la parité homme-femme.


[1]Pour éviter toute polémique sur l’état de la démocratie actuelle dans un quelconque pays, rappelons que lors de leur accession à l’indépendance, des États ont proclamé leur attachement à la démocratie tout en pratiquant la politique du parti unique.

[2]Au Mali, de l’aveu d’Oumar Bilal Maïga, directeur des impôts en 2018, 75 à 80% des contribuables maliens contribuaient en deçà ou pas du tout aux charges collectives. En Côte d’Ivoire, les sachets plastiques sont interdits ce qui ne dissuade pas les populations d’en utiliser au quotidien. Au Burkina Faso, la dot est prohibée quoiqu’elle soit toujours réclamée au futur marié dans la pratique. De nombreuses illustrations de ce type fourmillent.

[3]Seul 39,21% de la population malienne est alphabétisée, un chiffre donné par l’Institut de statistique de l’UNESCO pour l’année 2015.

[4]Le Mali est classé 95ème nation sur 167 selon le rapport 2015  de l’indice  de la perception de la corruption, 122ème sur 180 pays dans le rapport de Transparency International et 182ème sur 189 selon le rapport de l’indice de développement humain et l’indice de l’égalité entre les genres et le développement du genre.

[5]Sur les 38 membres (36 ministres et 2 secrétaires d’État) que compte le gouvernement de Boubou Cissé, 8 sont des femmes.


Crédits photos

symbol-1179119 by janeb13 (consulté pour la dernière fois le 20 juin 2019 à 16h19)

 

POURQUOI SE DÉRANGER POUR VOTER ?

À la Une

Comme vous le pensez peut-être tout comme moi, ce n’est pas parce qu’on nous a gracieusement offert une canne à pêche que naitra en nous l’envie de pêcher, voire la détermination suffisante pour aller jeter un hameçon dans l’eau et attendre des heures durant sans rien faire. Le droit de vote est à peu près à cette image, l’ennui en moins si on se fie à l’effervescence qui accompagne chaque rendez-vous électoral. En effet, beaucoup d’entre nous ont découvert en naissant dans ce bas monde le droit de voter ; puis nous en avons bénéficié par la suite une fois devenu majeur[1]. Ainsi, d’un claquement de doigt et sans effort, aucun, si ce n’est celui de prendre de l’âge, nous avons obtenu comme nos semblables l’aptitude de décider qui doit diriger notre commune, notre région, notre pays. Lire la suite « POURQUOI SE DÉRANGER POUR VOTER ? »

L’AVOCAT ET LES ESPIÈGLERIES PROCÉDURALES

À la Une

Comme le titre de cet article le laisse probablement transparaitre, la procédure, bien qu’exploitée de façon malicieuse parfois, relève d’une grande importance autant pour les avocats que les juristes en règle générale. Afin d’éviter à ceux ou celles qui ne sont pas familiers avec le mot « procédure » l’embarras de parcourir leur dictionnaire, on peut entendre par ce terme l’accomplissement de diverses démarches ou formalités pour exercer une action en justice ou plus généralement un droit. Ainsi, quand vous voulez poursuivre une personne en justice ou renouveler une pièce d’identité par exemple, l’ensemble des étapes qui vous sont imposées pour y arriver constituent la procédure. Lire la suite « L’AVOCAT ET LES ESPIÈGLERIES PROCÉDURALES »

ÉGALITÉ DE DROITS, ÉGALITÉ DE CHANCES ?

À la Une

L’égalité est un enjeu récurrent dans la conception des lois destinées à régir nos sociétés contemporaines. Bon nombre de conventions internationales la proclament et bien des constitutions l’entérinent au bénéfice du peuple. Cependant, la véritable égalité se réalise-t-elle par l’application des mêmes normes à tous alors que nous n’avons pas les mêmes chances, les mêmes moyens, les mêmes conditions etc. ? Lire la suite « ÉGALITÉ DE DROITS, ÉGALITÉ DE CHANCES ? »

AUTHENTIQUEMENT SIMPLE

À la Une

Cultiver la simplicité est la meilleure façon de révéler son authenticité car, quoi qu’on en dise, chaque être humain est unique, de par sa personnalité, ses expériences et bien d’autres choses qu’il acquiert ou traverse durant son existence. De ce fait, nous avons, tous autant que nous sommes, cette individualité qui nous est propre, inestimable et nous rend sans pareil(le). Lire la suite « AUTHENTIQUEMENT SIMPLE »

RÉCHAUFFÉ SUR LE COMMENTAIRE DE TEXTE

À la Une

Il y a de cela une semaine, à quelques jours près, vous était proposé une piqûre de rappel sur la dissertation juridique qui je l’espère a été plus utile que douloureuse. Ce faisant, pour récompenser ceux ou celles qui n’ont pas eu peur de l’aiguille, nous vous offrons cette semaine un réchauffé du commentaire de texte. Oui, un réchauffé comme celui d’un plat qui aurait refroidi car la plénitude de la mémoire humaine pourrait être assimilée à un mets dont le goût n’est bonifié qu’à une température optimale qui s’entretient au moyen de cette chaleur constante qu’est la réflexion. Or, il se trouve que le commentaire de texte est beaucoup moins pratiqué que la dissertation juridique, toute chose qui n’aide pas à l’acquisition d’automatismes rendant l’exercice beaucoup plus aisé au fil des évaluations. Par conséquent, ce  »riz couché »[1] que nous offrons, a pour but de réchauffer certaines mémoires engourdies par l’oubli et le manque de pratique. Néanmoins, ceux ou celles qui ont encore à apprendre le béaba (b.a.-ba) en la matière sont également invités à notre table. Lire la suite « RÉCHAUFFÉ SUR LE COMMENTAIRE DE TEXTE »

NOTRE DAME DE PARIS OU LA CATHÉDRALE D’UN TRISTE BUZZ

À la Une

Ne pas juger trop vite au risque de préjuger ; se garder de s’attarder sur la surface des choses pour aller au bout de nos réflexions ; en l’absence de toutes les pièces du puzzle, reconnaitre à l’autre la possibilité d’être innocent de ce qu’on serait tenté de lui reprocher et pourquoi pas admettre l’éventualité d’être soi-même sur le banc des accusés ; voilà quelques précautions qu’auraient dû prendre éventuellement bien des intervenants en réagissant à l’actualité d’un édifice aussi symbolique qu’historique en proie aux flammes. Cet édifice vous vous en doutez déjà est la célèbre cathédrale de la capitale parisienne, Notre Dame de Paris. Bien des enseignements peuvent être tirés de cet évènement, parmi ceux-ci figure en bonne place cette accablante vérité : la destruction de l’histoire malgré sa valeur peut être sujette à moquerie, sa restauration source d’indignation. Lire la suite « NOTRE DAME DE PARIS OU LA CATHÉDRALE D’UN TRISTE BUZZ »

PIQÛRE DE RAPPEL ET PLUS SUR LA DISSERTATION JURIDIQUE

À la Une

Dans notre faculté de droit, les têtes des apprenants ont beau changer d’années en années et avec celles-ci les écritures que l’on retrouve sur les copies, les corrections se suivent mais se ressemblent selon bon nombre d’enseignants. Certains d’entre eux, plus pessimistes peut-être, y voient même une baisse constante de niveau. Une ressemblance ou une décadence dont la récurrence est matérialisée par une triste évidence, celle de la non-maitrise de la méthodologie juridique par les nouveaux aspirants juristes.

Magnanimes envers leurs disciples comme le veut leur sacerdoce, les professeurs sont sensibles au fait que les effectifs pléthoriques ne facilitent pas l’assimilation de tels rudiments. Aussi, pour les étudiants de la licence 1 et licence 2, voire même licence 3, où les amphis sont remplis à ras bord, ils appellent généralement à l’indulgence des correcteurs. Toutefois, il faut bien comprendre que même si la bienveillance est supposée être de mise (officieusement), ceux ou celles qui arrivent à produire un travail en se conformant à la méthode demandée sont les étudiants qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Par conséquent, il est opportun de maitriser cette technique de rédaction pour mettre toutes les chances de son côté. Lire la suite « PIQÛRE DE RAPPEL ET PLUS SUR LA DISSERTATION JURIDIQUE »

LE BON CHOIX, RÉALITÉ OU CHIMÈRE?

À la Une

On se prend quelquefois à ressasser le passé, à se demander à quoi notre vie aurait ressemblé si on avait fait les choses autrement, si on avait fait tel choix au lieu de tel autre. Cela nous amène presque toujours à cette question : A-t-on fait le bon ou le mauvais choix ? Lire la suite « LE BON CHOIX, RÉALITÉ OU CHIMÈRE? »

QUE NUL NE LISE CECI, S’IL N’A CONNU LE GOUMIN (CHAGRIN D’AMOUR) !

À la Une

Vous êtes en manque d’amour ? Vous voulez une relation durable ? Vous recherchez l’âme sœur ? Cependant, malgré vos efforts couplés à votre dévotion, les individus du sexe opposé vous déçoivent. Rassurez-vous, nous avons la solution à votre problème. Mieux encore, nous allons vous proposer une thérapie à la fois gratuite et efficace qu’il est possible d’appliquer quels que soient vos moyens et votre situation. En effet, il suffit de suivre les conseils d’un coach à la renommée internationale, aux méthodes universelles et à la dimension historique. Sans plus de suspense, nous vous présentons le « goumin » (ou chagrin d’amour dans le jargon ivoirien). Lire la suite « QUE NUL NE LISE CECI, S’IL N’A CONNU LE GOUMIN (CHAGRIN D’AMOUR) ! »

LE MASSACRE D’OGOSSAGOU OU LE VISAGE HIDEUX QUE PREND LA CRISE MALIENNE

À la Une

Même mis en face de la dépouille d’un être cher, il arrive de ne pas réaliser encore qu’on ne le reverra plus. A cet instant, accroché à un espoir insensé, on pense avoir encore beaucoup à lui dire et tout autant de choses à vivre ensemble. D’ailleurs, couché là paisiblement, comme endormi, où pourrait-il bien partir ? Mais quand vient le moment de mettre le défunt sous terre, là on comprend qu’il s’en est allé pour un voyage sans retour. On aura beau tenter de se convaincre qu’il sera mieux au paradis que sur la terre des hommes ou qu’il se réincarnera ou encore que la mort est une réalité qu’on ne peut qu’accepter ou toute autre conviction que l’esprit humain se murmurait pour se consoler, cela n’atténuera pas la douleur. L’un des seuls véritables réconforts à cette souffrance est peut-être l’oubli mais Dieu seul sait combien de temps celui-ci peut mettre avant d’agir, parce qu’à supposer qu’on s’efforce d’être heureux, le bonheur lui-même nous rappellera que nous profitons d’une chance dont nos regrettés proches ne bénéficieront plus. Lire la suite « LE MASSACRE D’OGOSSAGOU OU LE VISAGE HIDEUX QUE PREND LA CRISE MALIENNE »

DÉSIRER, RIEN QUE DÉSIRER SANS CONCRÉTISER

À la Une

Beaucoup connaissent les bienfaits de l’honnêteté et de la générosité que sont la confiance de l’autre ainsi que sa reconnaissance. Dans le même temps, tous ne sont pas prêts à en payer les contreparties que sont le refus de la facilité auquel s’ajoute le don de soi. Pas disposés à payer le prix mais partant pour en savourer les fruits !

Comme quoi, il n’est pas rare que le rêveur rêve sans pour autant se donner la peine de faire de sa rêverie une réalité établie. Pas inhabituel non plus, le désir pour un homme d’avoir la meilleure femme pour lui sans jamais bien assimiler le fait qu’il faudra constamment se donner la peine de prouver qu’il est le plus méritant des prétendants. Lire la suite « DÉSIRER, RIEN QUE DÉSIRER SANS CONCRÉTISER »

DE LA CHANCE AU REGRET

À la Une

Les codes PIN nous laissent le loisir de nous tromper trois fois alors que dans bien des cas, la vie ne nous autorise parfois qu’un seul essai. Après quoi, ceux qui n’ont pas su saisir leur chance n’ont leurs yeux que pour pleurer ou n’ont d’autre choix que de passer à autre chose en tirant les leçons qui s’imposent mais qu’ils n’auront pas forcément l’occasion de mettre en pratique dans le futur. Lire la suite « DE LA CHANCE AU REGRET »

8 MARS, QU’ES-TU?

À la Une

Quand arrive la date du 8 mars, ne vous êtes-vous jamais dit que tout le monde a sa propre perception quant à la signification à donner à cette journée ? Entre ce que disent les médias et ce qui est dit par les masses, il y a comme une cacophonie sur le sens donné à cette journée internationale, tout comme sa dénomination même semble ne pas faire l’unanimité. Que dire de l’attitude de ceux qui décident de marquer ce jour d’une pierre blanche? Au rang de ceux-là, des féministes appellent à la consternation et l’indignation alors que d’autres s’adonnent à une célébration semblable à la fête des mères ou à la Saint Valentin. Ainsi peut-on dire sans se tromper que comme à l’accoutumée, l’officiel ne tient pas l’officieux. Pour preuve, en Côte d’Ivoire, bien que la polygamie soit officiellement interdite, elle est officieusement pratiquée. De même, à une époque où la sensibilisation sur le SIDA était omniprésente dans les médias, cette maladie présentée par les autorités publiques et scientifiques comme un redoutable fléau, était regardée par certains individus comme un « Syndrome Inventé pour Décourager les Amoureux ».

Là où cette institution qu’est le mariage n’a pu faire l’objet de consensus par la force de la loi, quand ce qui a été présenté par des experts comme le pire en plus d’avoir coûté la vie à d’innombrable personnes a malgré tout été moqué, ce n’est certainement pas le 8 mars qui sera accepté par tout le monde comme « journée internationale des femmes » telle que décrétée officiellement par l’ONU. Lire la suite « 8 MARS, QU’ES-TU? »

RÉACTION D’APRÈS-AÏD EL FITR : LA COLÈRE D’UN MUSULMAN

Il y a quelques jours de cela, la communauté musulmane célébrait la fête de l’Aïd El Fitr. A cette occasion, un constat à susciter le mécontentement d’un musulman qui a tenu à s’exprimer anonymement à travers notre canal. Voici ci-dessous l’objet de sa complainte!


Avec la fin des festivités de l’Aïd El Fitr, il a été dit de façon récurrente que beaucoup de membres de la communauté musulmane n’ont pas eu la générosité d’inviter leurs voisins et connaissances. Une accusation injuste que nous tenons à contester étant donné qu’aucune invitation n’est nécessaire pour s’inviter à la table des musulmans durant ces fêtes.

En réalité, ceux qui attendaient les invitations sont les mêmes qui craignaient l’invitation car ils ne voulaient pas avoir à endurer avec leurs frères et sœurs musulmans la diarrhée qui les accablent tellement ils mangent bien à cette occasion.

Ainsi, certains de ceux-là qui nous accusent à tort ont utilisé la non-invitation comme une fausse excuse pour ne pas nous apporter leur soutien avec les problèmes de digestion que nous affrontons chaque année durant cette période. Cependant que leur manque de solidarité envers nous ne nous décourage pas d’être solidaires à leur égard. De ce fait, à toutes leurs fêtes à venir, malgré leur méchanceté de ne pas être venus sans qu’on les est invités, nous allons les aider à savourer leurs festins afin de supporter avec eux les risques du « bien-mangé » avec tout ce que cela comporte comme maux de ventre.

C’est cela la solidarité : endurer la diarrhée durant sa fête sans avoir invité qui que ce soit puis avoir le courage de l’endurer à la place des autres durant leur fête sans y avoir été invité.

Blague à part, ayons toujours une pensée pour ceux ou celles qui durant ces fêtes où tout le monde devrait manger à sa faim n’ont pas les moyens de se nourrir. Ainsi, veillons à partager ce que nous avons avec ceux-là pour ne pas avoir à gaspiller de nourritures que certaines personnes dans le besoin voudraient désespérément manger.

Bien plus que la gourmandise, l’esprit d’entraide et de partage est ce qui devrait caractériser le musulman ou toute autre personne altruiste quelle que soit sa foi.


Crédits photos:

ramadan-2366301 by john1cse (consulté pour la dernière fois le 20 juin 2019 à 16h06)