ÉGALITÉ DE DROITS, ÉGALITÉ DE CHANCES ?

L’égalité est un enjeu récurrent dans la conception des lois destinées à régir nos sociétés contemporaines. Bon nombre de conventions internationales la proclament et bien des constitutions l’entérinent au bénéfice du peuple. Cependant, la véritable égalité se réalise-t-elle par l’application des mêmes normes à tous alors que nous n’avons pas les mêmes chances, les mêmes moyens, les mêmes conditions etc. ?

De cette question dont vous devinez la réponse, des juristes mais également d’autres personnes soucieuses de bâtir une société plus égalitaire ont réfléchi sur la meilleure manière possible de concrétiser l’égalité au moyen des lois.

Dans la lignée de cette réflexion, Charles Maurras arrivera à cette conclusion qui suscite un large consensus : « L’égalité ne peut régner qu’en nivelant les libertés, inégales de leur nature. »

En d’autres termes, il faut reconnaitre à tous autant que possible les mêmes libertés tout en prenant des mesures afin que certaines catégories de personnes bénéficient d’avantages dont elles seraient privées par le jeu d’une stricte égalité. Dans cette logique, la loi peut réserver des places à certains individus défavorisés, pour une raison ou une autre, afin de s’assurer que ceux-ci accèdent à certains emplois auxquels ils peuvent avoir difficilement accès en temps normal.

L’accès à l’emploi des personnes handicapées par rapport aux personnes valides, la libre concurrence plus profitable aux multinationales qu’aux petites entreprises etc., ne sont que des exemples parmi tant d’autres où il faut procéder à un « nivellement » afin que l’égalité de droit se concilie avec l’égalité des chances.

Pour votre part que suscite en vous la citation du jour ? ou comment concevez-vous l’égalité de droit ?

Egalité de droits, égalité de chances


Crédits photo

3 commentaires sur “ÉGALITÉ DE DROITS, ÉGALITÉ DE CHANCES ?

  1. Oui, effectivement. L’égalité en elle-même est assez utopique car elle suppose que tout le monde dispose du même background, ce qui n’est pas le cas.

    Un exemple parlant serait de décider d’allouer à chaque enfant de CE2 500F de taxi.

    Celui qui habite en face ne prend pas le taxi, cet argent entre dans sa poche.

    Celui qui habite à 5 km dépasse 250 à l’aller et 250 au retour. La dotation remplit son rôle.

    Celui qui vit à 10km dépense les 500 à l’aller et rajoute 500 au retour.

    L’allocation des sommes est égale mais elle n’est pas équitable.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s